Le manque de confiance en soi même chez les femmes leaders : mieux le comprendre, pour mieux le dépasser

Par Chine Lanzmann, coach en leadership au féminin et créatrice du programme Woman Impact
Blog • 9 novembre 2022

Chine Lanzmann, la coach du leadership au féminin, explique en quoi la confiance en soi est difficile chez les femmes leaders, et comment travailler dessus afin de la développer.

Devenir une femme au top qui croit en soi

S’il y a bien un thème qui rassemble les femmes, même lorsqu’elles sont à des postes élevés et au plus haut de leur carrière professionnelle, c’est celui de la confiance en soi. Ou plutôt du manque de confiance en soi.

La part des femmes cadres a doublé en 40 ans. Le taux d’activité féminin progresse d’année en année. Oui, mais cela ne compense pas tout. Les études européennes et américaines font encore état de femmes qui n’osent pas négocier leur salaire à l’embauche. Ces mêmes femmes qui estiment leur travail avec trop de modestie. Les gouvernements essaient de panser ces plaies avec des lois.

Et si le mal était plus profond ? Si le déficit de confiance en soi ressenti par de nombreuses femmes y était pour quelque chose ? L’âge, l’expérience professionnelle ou le niveau d’études ne changent pas la donne… Les femmes dirigeantes aussi souffrent de ce mal-être.

Cherchons à comprendre d’où vient le manque de confiance en soi chez les femmes leaders. Comment cela impacte-t-il leur destin professionnel? Nous vous dévoilons en fin de lecture quelques pistes pour oser vous affirmer.

Définition de la confiance en soi

On peut le penser ou même le formuler : « Je manque de confiance en moi ». Mais que veut-on dire exactement par là ? La confiance en soi est un jugement, une forme d’évaluation de nos compétences personnelles. On autoévalue notre capacité à réaliser ou non certaines actions. Avoir confiance en soi, c’est tout d’abord se sentir à sa place. Une place amplement méritée. C’est estimer ses compétences à leur juste valeur. C’est aussi ne pas se focaliser sur ses points d’inconfort, mais capitaliser sur ses points forts, ses « zones de génie » comme les nomme Chine. Cela conduit alors à travailler démultiplier ses efforts pour gagner en compétence, progresser et gagner en confiance.

Croire en soi et en ses facultés, permet d’oser. Une femme audacieuse est une femme qui se lance, malgré ses doutes ou ses peurs. L’action déclenche alors un cercle vertueux. On éprouve de la fierté et notre jauge de confiance en soi se remplit. On osera ainsi faire un pas de plus la prochaine fois. Enfin, ne pas manquer de confiance en soi signifie aussi ne pas se comparer. Assumer et affirmer ses propres désirs, suivre ses objectifs fait la singularité d’une femme confiante.

Une combinaison de croyances et d’expériences

Vous avez une idée plus claire de ce qu’est la confiance en soi. Mais d’où vient-elle ? Pourquoi certaines femmes en manquent-elles ? Il semblerait que le regard que l’on porte sur soi-même prenne racine à deux endroits. Voyons du côté de notre enfance et de l’image caricaturale que nous renvoie la société.

Les croyances limitantes

Nombre de nos croyances limitantes sont ancrées depuis l’enfance et sont alimentées par notre entourage. Qu’entendons-nous par croyances limitantes ? Quand vous vous dites : « Je ne vais pas y arriver », « Je ne suis pas capable de mener ce projet », « Je ne suis pas assez douée pour cette mission », « Je ne saurai pas diriger cette équipe »…, vous exprimez des croyances limitantes. Vous êtes persuadée que cette affirmation vous sied comme un gant. Mais si vous prenez le temps de chercher des arguments rationnels, il est possible que vous n’en trouviez pas !

On qualifie ces croyances de « limitantes », car elles étouffent votre capacité d’action. Elles ne sont en fait qu’un mécanisme de protection de notre cerveau. Il se préserve à la suite d’expériences douloureuses ou à cause de peurs ancrées. Vous avez, peut-être, déjà éprouvé des difficultés dans ce genre de situation. Ou simplement, cette situation vous rappelle un épisode d’inconfort vécu pendant l’enfance. Votre cerveau fait le lien entre les deux situations et vous expose à ces croyances qui créent un doute en vous.

Si vos croyances limitantes ne sont associées à rien en particulier, cherchez du côté de votre enfance. La construction de la confiance en soi dépend souvent du cadre dans lequel on a grandi. Une petite fille valorisée à la maison comme à l’école aura moins de chance de manquer de confiance. Un milieu soutenant et aimant peut être un bon rempart au manque de confiance en soi, même s’il ne fait pas tout…

L’impact des biais cognitifs

Les biais cognitifs ont aussi leur rôle à jouer dans ce phénomène de l’estime de soi. Ce sont des mécanismes de pensée qui altèrent notre jugement. Ce sont des convictions, des appréciations, des attitudes ancrées dans la société. Notre subconscient est programmé pour agir en fonction de ce que les autres attendent de lui. Il est rassurant pour notre cerveau de procéder tel qu’il a déjà vu faire. De la sorte, nous répétons sans cesse les mêmes comportements.

Les femmes doivent donc surmonter leurs réticences neurologiques innées pour aller à l’encontre du comportement attendu. Les différences entre les hommes et les femmes et les rôles assignés à chacun sont les reflets des stéréotypes véhiculés par nos sociétés. L’expérience de la vie et notre exposition à certains clichés, dès notre plus jeune âge, nous inculquent et nous confirment ces différences. Notre subconscient crée alors des raccourcis entre ce qu’il a vécu et l’attitude et les croyances à adopter. Tout ce mécanisme insidieux prend le nom de biais cognitif.

Les femmes doivent ainsi dépasser leurs résistances intrinsèques. En effet, l’image de la femme renvoyée par la société n’est pas celle d’une aventurière ou d’une audacieuse. Au contraire, elle est plutôt la gardienne du foyer. Comment cette femme qui ne connaît pas le monde et ne vit que pour sa famille pourrait-elle acquérir de la confiance en elle ?

Les désagréments du manque de confiance en soi chez les femmes leaders

Comme on l’a vu, le manque de confiance en soi s’établit très tôt et revêt un caractère universel. Il n’est pas question d’âge, de niveau d’études ou d’expérience. Chez les femmes dirigeantes, le manque de confiance en soi peut vraiment compliquer le parcours professionnel.

Ce qui est très intéressant, c’est de constater que le niveau dans la hiérarchie professionnelle, la maîtrise du poste ou le nombre de personnes que l’on gère dans son équipe ne nous préservent pas de cette réserve à notre encontre. Que l’on soit une femme au top qui vient d’accéder à l’échelon supérieur, ou qu’on soit en poste depuis des années, nous sommes promptes à avoir le doute, remettre en question notre légitimité. Notre sensibilité ou notre fragilité refait vite surface, c’est notre petite voix intérieure.

Les mauvais côtés au quotidien

Le manque d’assurance des femmes au travail occasionne trois comportements :

Vous évitez de prendre la parole, que ce soit au cours d’une réunion ou même sur les réseaux sociaux. Vous n’osez pas vous donner de la visibilité, n’aimez pas être sous les feux de la rampe. Lorsque vous êtes présente, vous n’osez pas échanger, partager ou affirmer votre point de vue. Vous avez du mal à supporter aussi bien la critique que les compliments, n’osez pas demander de feed-back.

Vous ne passez pas à l’action. Vous aimeriez aborder votre patron, discuter d’un sujet qui vous tient à cœur pour le bon développement de l’entreprise, mais vous laissez passer les semaines. Vous pourriez même donner l’impression de procrastiner… Que ce soit de manière informelle à la machine à café, ou lors d’une réunion que vous avez sollicitée, vous vous trouvez mille excuses pour rester discrète.

Et vous vous interrogez. Quelle image ont de vous vos collaborateurs ? Une représentation faussée certainement ! Un leader doit inspirer la confiance. On ne lui demande pas d’être parfait, mais d’être authentique. Avec assurance, avec charisme car elle montre la voie, elle est visionnaire, elle sait où aller. Elle nous recadre lorsqu’il le faut, elle sait trouver le mots, se positionner.

Les conséquences du manque de confiance en soi à long terme

Comme vous vous en doutez, les conséquences sont multiples…

Une femme leader, qui ne marque pas sa position avec fermeté, aura plus de difficultés à gravir les échelons. Comment pourrait-elle convaincre de sa légitimité, si elle n’a pas foi en elle-même ? Cette même femme pourrait voir sa rémunération stagner. Dans de nombreuses entreprises, il faut oser faire valoir la plus-value que l’on apporte. Cette femme-là ne se risquera pas à voler de ses propres ailes. Elle pourrait aussi se cantonner à un poste qui ne lui convient pas. Bien sûr, elle n’envisagerait alors jamais la création d’entreprise.

Cette femme dirigeante ressentira de la frustration et ne sera pas en tous points épanouie. Elle sent, au fond d’elle, qu’elle est capable de bien plus. Seulement, ses croyances limitantes et ses biais cognitifs l’empêchent d’avancer…

Trois astuces pour prendre confiance pas à pas

Si vous avez lu l’article jusqu’ici, c’est que vous cherchez des solutions. Cela tombe bien, voici 3 conseils à appliquer au quotidien.

1/ Choisir une phrase qui résonne en vous

Vous avez sûrement une petite phrase qui vous inspire ? Ce genre de citation capable de vous booster en cas de baisse de régime. Ce peut être une ligne qui a fait mouche dans un roman ou dans les paroles d’une musique. Affichez-la à la maison, sur l’écran de votre ordinateur ou de votre téléphone, pour qu’elle soit toujours à portée de regard. Le positif entraîne le positif.

2/ Adopter les power postures

Ce sont des positions corporelles à adopter pour paraître plus confiante. Le langage corporel est très parlant. Quelle image auriez-vous d’une femme voûtée qui se tient les mains ? Pour en finir avec les postures de retrait, inspirez-vous des power postures ! Amy Cudy en parle très bien dans sa conférence TED. Votre corps doit s’allonger et prendre davantage d’espace. On se redresse, on relève le menton et on bombe le torse. Pas besoin d’exagérer, mais si vous appliquez cela quotidiennement, vous verrez la différence. Notre posture a une influence sur notre mental. Une femme debout, bien ancrée sur ses jambes, aura le sentiment d’être une femme puissante. Qui a dit qu’il fallait forcément parler pour s’affirmer ? Le non-verbal sait aussi s’exprimer.

3/ Se constituer des références au féminin

Connaître le parcours de femmes inspirantes est très enrichissant pour construire sa propre confiance en soi. En effet, si cela a été possible pour elles, pourquoi ne le serait-ce pas pour moi ? On peut penser à Michelle Obama et son livre Devenir. Dans la première partie intitulée « Devenir moi », elle porte un regard rétrospectif sur son évolution. Vous pourriez lire aussi Moi, Malala et découvrir la trajectoire de Malala Yousafzai qui lutte pour l’éducation des filles au Pakistan. En tant que femme leader, vous devriez apprécier Femmes puissantes de Léa Salamé. Elle questionne justement les représentations de la femme dans la sphère professionnelle et médiatique. 

Le coaching comme solution

Manquer de confiance en soi n’est pas une mince affaire. Vous pouvez vous inspirer de nos trois astuces pour vous aider à regagner, peu à peu, confiance en vous. Mais si vous vous sentez prête à franchir le cap, et agir véritablement avec force et conviction, alors réfléchissez à la puissance de l’accompagnement. Il y a deux avantages majeurs à s’orienter vers une coach professionnelle.

Un accompagnement à toute épreuve

L’accompagnement est le maître-mot. Dans tout processus d’évolution, il est toujours profitable de se faire épauler. Votre coach saura analyser la situation et vous proposer les exercices adaptés pour avancer. Pas de procrastination en vue, direction le progrès ! Grâce au coach, vous cheminez dans un environnement rassurant. Il est bienveillant et a confiance en vos capacités. Avec des outils à utiliser au quotidien, une présence et une écoute, vous avancez dans un cadre bénéfique qui vous mène rapidement vers vos premiers résultats. 

Des filtres de pensée à repenser

Votre manque de confiance en vous est le fruit d’ancrages profonds. À l’aide de votre coach, vous pourrez vous libérer de ces biais et croyances qui vous contraignent. Il ou elle vous mettra à l’épreuve par des techniques de questionnement. Il pourra ensuite vous pousser à l’action avec des exercices, du feed-back. Vous analyserez ensemble votre ressenti. Vous examinerez, si besoin, comment aller au-delà de vos craintes. Les coachs disposent de nombreuses ressources pour nous faire sortir de notre zone de confort. Ils savent comment le faire et nous sommes les premières surprises en constatant nos progrès.

Les enjeux du manque d’assurance vous sont désormais plus clairs. Nous vous avons aussi fourni quelques pistes pour gagner en sérénité. Le manque de confiance en soi chez les femmes leaders n’est pas une fatalité ! Rappelez-vous que le courage est d’avoir confiance, tout en ayant des doutes.

Et si votre prochain défi était de devenir une femme courageuse, libérée de toute contrainte ? Sûre d’elle, qui ne doute plus ?

Si vous vous interrogez sur votre niveau de confiance en soi, vous trouverez ici le lien vers le Quizz sur la confiance en soi, que j’ai conçu pour vous aider à évaluer où vous vous situez.

Et si vous avez envie de franchir le pas et d’avancer vers plus de confiance au sein d’un groupe de femmes de votre niveau qui ont besoin d’avancer ensemble, pourquoi ne pas tester une des journées qui va vous donner l’une des quatre permissions essentielles : de réussir, d’être visible, de gagner de l’argent et de travailler dans le plaisir ? Une belle manière de faire tomber les barrières de vos peurs, vos freins et vos blocages vers davantage de confiance en soi.

Si vous avez lu cet article jusqu’ici, c’est peut-être parce que vous vous interrogez sur votre propre situation, et vous ressentez que vous auriez des sujets à travailler ? Que diriez-vous de vous abonner à mon Flash Coaching du samedi où chaque semaine je décortique un sujet lié au leadership au féminin et offre des clés pour les surmonter ? Confiance, visibilité, négociation, estime de soi, réussite professionnelle. Chaque sujet pourrait vous éclairer sur vous et vos facultés pour vous aider à devenir à votre tour une femme puissante.

Je me réjouis d’en discuter avec vous si vous le souhaitez sur les réseaux sociaux : Linkedin, Facebook ou Instagram, par messagerie, ou lors d’un networking lunch à Paris.

Si vous vous posez des questions quant à rejoindre le programme Woman Impact pour un an de coaching et intégrer la communauté de femmes leaders qui se développent professionnellement, vous pouvez aussi prendre rendez-vous avec Julia qui va répondre à vos questions.

Merci de votre lecture,

Chine, la coach du leadership au féminin

Fondatrice de Woman Impact

Partager cet artricle sur :    

Que lire ensuite ?