Comment ne pas s’épuiser pendant l’effervescence des fêtes ?

Woman Impact : Flash Coaching de Chine du Samedi

Il est facile de s’oublier et même de s’épuiser pendant la période des fêtes de fin d’année…

Comment faites-vous ?

Vous êtes à fond et vous tombez de fatigue début janvier ?

Ou alors vous pensez à économiser votre énergie pour rester en forme jusqu’au bout ?

Économisez-vous pendant les fêtes

Il est facile de s’oublier et même de s’épuiser physiquement pendant la période festive, car c’est généralement pendant ce laps de temps que la charge de travail devient plus importante. 

Cette période est aussi une période très scénarisée. Il y a beaucoup de choses qui peuvent remonter de notre enfance, en général, donc soyez particulièrement vigilantes pour prendre soin de vous. 

Car pour passer des fêtes sereines, il est vraiment important que vous soyez en pleine forme.

Comment faites-vous ? Pensez-vous à vous ressourcer pour gérer le stress ? 

Ou bien vous êtes à fond et vous tombez dans un état de fatigue physique et émotionnelle accrue dès le début du mois de janvier ? 

L’importance de la santé au travail

Faites attention. Prenez soin de vous, car vous êtes la personne la plus importante de votre vie. La santé mentale, mais aussi physique est primordiale dans la vie professionnelle. 

Sans cela, l’accomplissement du travail n’est pas possible et vos efforts ne pourront être récompensés. 

Usure psychologique, épuisement émotionnel et mental, le stress et bien d’autres encore sont des signes d’épuisement progressif qui ne se font ressentir, malheureusement, que pendant le dernier trimestre de l’année. 

Les causes déterminantes de ces signes dans le milieu professionnel sont nombreuses : 

  • manque de soutien social, 
  • mal-être non solutionné pendant une période définie, 
  • surmenage au travail, 
  • surmenage physique, 
  • sentiment d’échec, 
  • isolement…  

Je vois tant de femmes parmi mes clientes, parmi mes amies, qui disent oui à tout, qui ne demandent pas d’aide, et qui se retrouvent totalement épuisées. 

Prévenir les situations d’épuisement

Alors, comment faire pour se préserver ?  L’idéal c’est d’avoir du temps. 

Comment on fait pour avoir du temps ?  C’est très simple : on dit non, et on délègue.  

C’est simple à comprendre, mais ça peut être beaucoup plus difficile à faire, surtout dire non, pour des femmes qui ont envie d’être aimées , qui sont dans le « fait plaisir » : “Il faut que je fasse pour que les gens m’aiment et plus je vais faire, plus ils vont m’aimer.” 

Oui, c’est super que les gens vous aiment, et les gens vous aiment de toute façon. 

Donc, vous avez le droit de trier, vous n’êtes pas obligés de dire oui à tout. 

Dire non n’est pas un signe d’incompétence 

Entre les pots de fin d’année du boulot, vos évènements en famille, que vous organisez peut-être vous- même chez vous, les urgences de vos clients, de vos managers qui tout d’un coup se réveillent : 

« Ok, il y a ça à faire avant la fin de l’année, il faut absolument le faire ».  

Comment gérer cela ? 

Il faut déjà comprendre que les urgences des autres ne sont pas vos urgences. Oui, les clients peuvent avoir des urgences, c’est important pour vous de les aider et vous avez le droit de dire : « Super ! On va voir en janvier. » 

Vous avez le droit de dire non, et vous avez le droit de demander de l’aide, et j’espère que vous allez pouvoir vivre,  travailler et exercer votre profession en étant en forme dans votre zone de génie  et je suis là pour vous aider. 

J’ai créé le programme Woman Impact, un programme d’un an de leadership au féminin, regardez pour voir si cela vous tente.

Gérer son agenda pour se relaxer et avoir l’esprit tranquille

Une astuce est aussi de garder plein de place en décembre dans votre agenda. 

Moi, décembre, c’est vraiment un mois où je mets très peu de choses, parce que je sais qu’entre les vacances et tout ce qui va arriver comme sollicitations de dernières minutes, mon agenda finira par se remplir comme un plein-temps. 

Donc, si vous n’avez pas déjà prévu du temps spécial « urgence effervescence des fêtes » cette année, prévoyez tout de suite dans votre agenda pour l’année prochaine de vous mettre du temps libre.

Commencez à regarder ce que vous pouvez barrer dans votre agenda :

  • Qu’est-ce qui n’est pas urgent pour vous ? 
  • Qu’est-ce que vous allez pouvoir reporter ? 

Vous avez aussi le droit de dire non à des nouveaux projets. 

Vous pouvez dire : « Mais oui c’est très intéressant de faire ça. Démarrons le 15 janvier. On ne va pas le démarrer tout de suite, ce ne sera pas bien fait, démarrons plus tard.” 

Une autre façon, c’est de dire : « Oui, je vais voir avec…” et vous dites : « Ah là là, j’ai beaucoup réfléchi, j’ai vu avec telle personne, ça ne va pas être possible avant le 15 janvier”

Déléguez et demandez de l’aide tant à la maison qu’au bureau

Il y a tant de femmes qui s’épuisent complètement, entre les cadeaux de dernière minute et tout à organiser.  

Vous décidez de recevoir votre famille chez vous ? Prenez un moment de régulation avec la personne avec laquelle vous habitez, avec vos enfants pour dire : « OK, donc on reçoit, comment on s’organise ? Qui installe ? Qui met la table ? Qui va ranger le lendemain ?« 

 Aussi, donnez- vous la permission de solliciter les personnes qui vont venir :  “Est-ce que toi, tu es ok de faire le plateau de fromages, ou de venir avec les huîtres ?”

Trop de femmes  déclarent souffrir de stress lié au travail.

Elles sont surchargées de travail, font du travail excessif (pour purger les urgences de dernière minute) et souhaitent enfin avoir une solution pour ne pas toujours revivre le même scénario chaque fin d’année. 

Quelles sont les conséquences professionnelles de l’épuisement ?

Les plus graves connues sont  :

  • le burnout (syndrome de l’épuisement professionnel) : état d’épuisement physique, mais aussi émotionnel, accru. Il est aussi caractérisé par un niveau de stress plus important que d’habitude. Cela est généralement dû à une surexposition à des situations professionnelles difficiles de longue durée, mais également du fait de faire face à des exigences excessives dans les professions exercées.
 
  • le bore out (syndrome de l’épuisement professionnel par l’ennui) :  un peu moins fréquent que son homologue plus haut, il se caractérise par une lassitude au travail, un état dépressif. Il n’y a plus d’envie, d’enthousiasme pour faire son travail. Nul besoin de dire que cela a un impact tant pour soi-même que pour la société dans laquelle on travaille, car il commence à y avoir une inadéquation ou une incompatibilité entre le travailleur et le poste qu’il occupe.
 
  • le brown out (difficulté psychologique associée à la perte de sens dans le monde du travail) : c’est lié à l’énergie et cela commence par une phase de dépersonnalisation. La personne atteinte de brown out effectue ensuite ses tâches machinalement sans se soucier de la qualité, moins concentré dans sa tête, elle n’y met plus de conviction dans ce qu’elle fait. 

Comment gérer le stress et se préserver ? 

Les parties émotionnelle et physique sont complémentaires et on doit en prendre soin au même niveau, sans que l’un  ne soit plus privilégié que l’autre. 

Pour cela, il faut bien savoir décrypter, identifier, ou encore connaître les signaux avant-coureurs afin de mieux anticiper et se préserver, et ainsi éviter les surcharges qui peuvent engendrer de la souffrance au travail. C’est un vrai travail de repérage. 

Face à l’épuisement, l’organisation du travail n’est plus optimale, et on commence à rentrer dans un cycle infernal. Alors, il est important de bien gérer et ne pas épuiser tous ses moyens, car une simple fatigue peut facilement se transformer en usure professionnelle.

Comment dire non et déléguer ?

Que ce soit dans la vie professionnelle ou personnelle, il faut savoir se reposer et déléguer. La grande question est : comment ? 

Il est tout à fait normal de vouloir tout faire soi-même. Comme on dit, on n’est jamais bien servi que par soi-même, mais on a tous nos limites. 

Est-ce qu’on est capable de tout assurer professionnellement et personnellement au même niveau, sans augmenter le risque d’épuisement ? 

Je ne pense pas. Il faut sortir du déni, admettre et accepter enfin qu’on a besoin d’aide et commencer à déléguer, car généralement le plus difficile est de passer le cap. Vous allez ainsi avoir plus de temps, plus d’énergie.

Je suis Chine Lanzmann, la coach des femmes leaders

Si vous voulez en savoir plus sur moi, j’ai écrit le Guide de l’Auto-Coaching pour les Femmes, devenu l’ouvrage de référence du coaching des femmes leaders. Cliquez ici

Retrouvez-moi sur Linkedin – c’est là où je suis le plus, Facebook et Instagram.